Composition d’une chaussure de running

Composition chaussures de running

La chaussure de course peut sembler un objet bien commun. Pourtant, il s’agit là d’un objet technique bien plus complexe qu’il n’y parait, conçu par des personnes dont les expressions « énergies cinétiques » et «biomécanique » n’ont guère de secret. Et pour cause ! Comme je le disais déjà dans l’article « Débuter la course à pied sans pression », le corps est soumis à bien du stress et diverses tensions pendant une course. Tandis que vous gambadez tranquillement sur l’asphalte ou dans la boue, dès que votre pied touche le sol , l’onde de choc produite s’exerce jusqu’à… votre occiput (os à la base du crâne) ! C’est pourquoi s’équiper de bonnes chaussures de running reste indispensable si tant est que l’on désire courir régulièrement. Encore faut-il comprendre les descriptifs de vente, écrit dans un jargon de multi-marathonien : « tige » ou encore « mesh» sont des mots bien obscurs pour tout néophyte souhaitant s’équiper convenablement.
Comme vous, je ne suis ni physicienne, ni kiné, ni ingénieure. Mais je vous propose malgré tout de nous atteler un instant à la composition des chaussures de running. Ne vous attendez pas à un descriptif exhaustif. Ici, vous n’aurez que la base de la base. Et c’est justement par la base de la chaussure que commence cet article.

Commençons par le commencement : la semelle d’une chaussure de running

Lorsqu’on admire une chaussure, quelle qu’elle soit, on prête bien souvent trop peu d’attention à la semelle. Elle est pourtant l’élément sur lequel repose toute la chaussure. La semelle est donc une partie essentielle de la chaussure, a fortiori d’une chaussure de course. LA semelle ? Derrière ce singulier trompeur se cache en réalité trois parties distinctes qui ont chacune leur rôle. Ce que nous percevons souvent comme un élément homogène se compose en fait d’une semelle extérieure, d’une semelle intercalaire et d’une semelle intérieure. Voyons ce qu’il en est pour chacune de ces parties.

La semelle extérieure ou semelle d’usure

Semelle extérieure chaussure de running
Semelle extérieure ou semelle d’usure

C’est sur cette partie que repose toute la structure de la chaussure. La semelle d’usure entre directement en contact avec le sol. Souvent, elle est fabriquée à partir de caoutchouc pour sa résistance à l’abrasion (usure dûe aux frottements et chocs répétés sur le sol) et sa flexibilité. Cette partie de la semelle a pour fonction d’assurer l’adhérence du pied mais aussi son amorti.

La semelle intérieure

Semelle intérieure semelle course à pied
Semelle intérieure

Comme son nom l’indique, il s’agit de la partie de la semelle qui se situe à l’intérieur de la chaussure. C’est elle qui doit fournir au pied un nid douillet et confortable alors qu’il se retrouve soumis à une forte pression.

La semelle intermédiaire (ou intercalaire)

Semelle intermédiaire chaussure de course à pied
Semelle intermédiaire

Cette semelle est glissée entre la semelle intérieure et extérieure. C’est une partie qui apparait très régulièrement dans les descriptifs des grandes marques. Et pour cause… Généralement, si des marques veulent innover et se différencier, c’est par là qu’elles commencent. La semelle intermédiaire est constituée pour l’essentiel de mousses qui entrent également dans la composition des semelles orthopédiques. Certains fabricants, selon les modèles, conçoivent des semelles dans lesquelles du gel ou de l’air y sont injectés. Les propriétés des matériaux et techniques employés déterminent la dureté de la semelle, sa stabilité et son amorti. La semelle intermédiaire a également un rôle structurel dans la chaussure, puisqu’elle lie le reste de la semelle globale à la tige. Qu’est-ce que la tige ? Un peu de patiente, sa définition arrive !

Structure et revêtement de la chaussure de running

Disposer de chaussures bénéficiant de bonnes semelles, c’est bien. Si le reste de la chaussure s’avère pensé avec autant d’ingéniosité, c’est mieux. Or, à l’instar de la semelle, toute la partie supérieure de la chaussure est élaborée pour faciliter la vie du coureur.

La tige de la chaussure de course

Derrière ce mot bien curieux, on pourrait penser que se cache un petit morceau de quelque chose ressemblant à une branche. Hé bien, il n’en est rien… En fait, ce mot désigne ici toute la partie supérieure de la chaussure qui vient envelopper le pied.

Tige d'une chaussure de course à pied
La tige

Sur un soulier ou une bottine, elle sera composée de cuir par exemple. Sur une chaussure de course, la tige sera en mesh. Mais qu’est-ce donc que ce fameux mesh qui apparait dans bien des descriptifs de chaussures de running ?

Le mesh

Il s’agit d’un tissu, généralement en polyester, constitué d’un maillage serré et fin permettant de garder le pied aéré malgré la transpiration. Ça ne signifie pas que votre pied sera tout beau tout propre après 30min d’effort. Mais au moins vous n’aurez pas l’impression de masserer dans votre sueur (miam ! ). Notez que le mesh n’est pas l’apanage des chaussures de running ; T-shirt, sac à dos ou même vêtements de haute couture en sont également pourvus.

La languette

La languette d’une chaussure de course à pied

Nous sommes tellement habitués à enfiler et retirer des chaussures que nous ne prêtons même pas attention à cet élément essentiel de la chaussure ! La languette est souple et amovible, si bien qu’avec les lacets, elle permet d’ajuster la bonne tenue de la chaussure au pied. Et avoir une chaussure qui ne s’envole pas quand votre pied est en l’air, mine de rien, c’est important.

Les renforts

La tige d’une chaussure de course, de par les matériaux utilisés, est généralement souple. Si du maillage du mesh dépend en partie le maintien du pied, les renforts en assurent la stabilité et améliorent la résistance de la tige. Ils se situent à l’arrière du talon et/ou sur les parties latérales de la chaussure. Puisque les marques aiment qu’on les reconnaisse, ces renforts prennent souvent la forme de leur logo.

Une chaussure de running est un petit bijou technique dont l’agencement des parties et le choix des matières sont mûrement réfléchis par les marques. Forts de ce petit lexique, vous pouvez maintenant arpenter les rayonnages de votre magasin de sport préféré pour plus facilement trouver chaussure à votre pied !

Sources :

  • https://drdupied.com/conseils-podiatre/ortheses-et-chaussures/la-composition-dune-paire-de-chaussure/
  • https://blog.jacquesdemeter.fr/lexique-de-la-chaussure/
  • https://www.jiwok.com/blog/autopsie-dune-chaussure-de-running/
  • http://www.casal-running.com/anatomie-chaussure-running_running_619_2-11-110-1-r-htm

Laisser un commentaire